La question du « H » aspiré ou muet…

Un peu d’histoire car tout tient dans l’histoire de la langue française…

La question porte sur la question du H aspiré et H muet et notamment sur la distinction faite au masculin et au féminin du substantif « Héros » et « Héroïne », le premier interdisant la liaison « un héros » et le second l’acceptant « une_héroïne ». Pourquoi ?

Savoir si un mot a un H initial aspiré ou muet revient à connaître l’origine du mot :
– germanique : aspiré
– latin ou grecque : muet
ce qui complique la donne si on n’a pas quelques bases de latin ou connaissance d’autres langues au moins d’origine latine.

C’est par contamination du francique, langue du peuple des Francs qui se sont installés notamment dans la partie nord de la France (incluant Paris, territoire de la langue d’oïl qui s’imposera progressivement sur tous le territoire), que le « H » aspiré a été introduit. Cette langue fait partie du sous-groupe linguistique dit bas-allemand donc allemand.

Pour ce qui est de notre héros, qui signifie  » demi-dieu » ou  » homme de grande valeur  » en latin, le H devrait être muet hors justement se pose le problème phonétique suivant lorsque nous parlons de plusieurs « héros ». La liaison obligatoire entre l’article et le nom commençant par une voyelle ou un H muet rend la vie impossible à nos héros en nombre, pourrions nous laisser entendre que nous accueillons nos zéros? Effectivement non, d’où l’absolue nécessité d’aspirer le H de « héros » au masculin singulier.